Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SAP se lance totalement dans le "cloud" et abandonne les objectifs de marge à moyen terme
Les investisseurs lâchent l'entreprise qui perd 35 milliards de dollars en valeur marchande

Le , par Sandra Coret

152PARTAGES

4  0 
SAP a déclaré qu'il allait tout mettre en œuvre pour passer au cloud computing en abandonnant ses objectifs de rentabilité à moyen terme et a averti que ses activités prendraient plus de temps que prévu pour se remettre de la pandémie de coronavirus.

Les investisseurs ont réagi en se débarrassant des actions de l'entreprise technologique la plus précieuse d'Europe, qui a ouvert à Francfort en baisse de près de 20 % pour effacer 35 milliards de dollars de sa valeur marchande - leur plus forte baisse en une journée en 24 ans.

Le pivot stratégique mis en place par le directeur général Christian Klein signifie que les investisseurs sont une fois de plus invités à attendre que la promesse de marges plus importantes du groupe allemand de logiciels commerciaux se concrétise.


"Nous sommes à un point d'inflexion", a déclaré M. Klein aux journalistes lors d'une conférence téléphonique. "Je ne suis pas prêt à échanger de la valeur pour nos clients contre une optimisation des marges à court terme."

JP Morgan a réduit son objectif de prix pour SAP de 160 euros à 120, et a déclassé le titre de "surpondéré" à "neutre". Citi a déclaré que les perspectives prudentes de SAP allaient nuire au sentiment général à l'égard des valeurs technologiques et logicielles européennes.

Ce changement de cap fait suite à une année de turbulences déclenchées par le départ du PDG de longue date, Bill McDermott, et à une expérience ratée de direction en tandem qui s'est terminée en avril lorsque M. Klein est devenu le seul PDG alors que les gouvernements verrouillaient les économies.

À l'époque, la pandémie frappait déjà les opérations, mais SAP s'en tenait à une "ambition" à moyen terme fixée sous la surveillance de McDermott qui prévoyait des marges bénéficiaires en hausse d'un point de pourcentage par an dans les cinq ans à venir jusqu'en 2023.

La réinitialisation abandonne à juste titre une stratégie qui a été faite "une fois dans une vie pré-COVID", a déclaré l'analyste industriel Josh Greenbaum chez EAConsult.

"Je pense que c'est un bon moment pour prendre la marge de manœuvre nécessaire pour passer au cloud, et il est clair que l'économie de la pandémie contribue à justifier cette décision", a-t-il déclaré.

HEADWINDS

Ce dernier changement signifie en fait que les marges bénéficiaires vont s'étioler au cours des trois prochaines années. Les vents contraires ne se transformeront en vents arrière qu'après cela, a déclaré le directeur financier Luka Mucic aux journalistes.

Les recettes du cloud - provenant des services par abonnement hébergés dans des centres de données distants - devraient maintenant tripler pour atteindre 22 milliards d'euros (26 milliards de dollars) d'ici 2025. Cela éclipsera les ventes traditionnelles de licences qui ont été pendant des décennies la vache à lait de SAP.

Le total des recettes ajustées en 2025 est maintenant prévu à 36 milliards d'euros et le bénéfice d'exploitation ajusté à 11,5 milliards - ce qui implique une marge de 31,9 % qui correspond à peu près aux résultats du troisième trimestre de SAP.

Certains investisseurs se demandent si SAP, une sorte de guichet unique pour la gestion de processus tels que la finance ou les chaînes d'approvisionnement, gagnera dans le Cloud, ou finira par perdre face à des concurrents plus innovants.

Ils désignent des rivaux à croissance rapide tels que Celonis, un spécialiste allemand de l'exploitation des processus, qui cherche à devenir le leader mondial dans une seule catégorie et qui peut prendre le dessus sur SAP ou son concurrent américain Oracle.

Au cours du trimestre, le chiffre d'affaires total ajusté a chuté de 4 %, tandis que le bénéfice d'exploitation a baissé de 12 %, selon les normes internationales d'information financière. Après ajustement et à taux de change constant, le bénéfice a augmenté de 4 %.

SAP a revu à la baisse ses prévisions pour 2020, affirmant que la réimposition de mesures de verrouillage par certains gouvernements avait frappé ses activités, alors que les industries durement touchées mettraient maintenant plus de temps que prévu à se redresser.

Source : SAP

Et vous ?

Que pensez-vous de la stratégie de SAP de passer exclusivement au cloud ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de i5evangelist
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/10/2020 à 21:06
ça risque de prendre du temps sur le terrain...
et au prix d'un consultant SAP, ça fait des cacahuètes !

Enfin le cloud, SAP, si les gens sont assez bête pour se payer à prix d'or des menottes, après tout ....
2  0 
Avatar de coder_changer_vie
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/10/2020 à 17:26
beaucoup d'entreprise européennes / internationales sont sous SAP. Les tensions actuelles entre les US et la chine favorisent le développement d'un OS propriétaire, apple vole les idées des développeurs avant de les tuer économiquement, facebook les rachète (un peu mieux). Est-il fou de se dire que confier un ERP totalement en externe (si le cloud est sur AWS/AZURE/GOOGLE c'est des entreprises US) avec un patriot act plus que souple, dans un climat de tension internationale peut poser questions aux clients, notamment les industriels ?

Chez MS la question ne se pose plus car D365 est déjà full online ce qui au passage a perturbé tous les intégrateurs et mis une belle pagaille dans leur business modèle.

Dificile de dire si le problème est uniquement lié à la confiance en la transition de la nouvelle gouvernance. Après entre avoir une vision cloud et l'appliquer réellement... que faire des milions (milliards) d'euros mis dans des developpements spécifiques SAP qui n'ont pas été pensés pour le online...il va falloir du temps pour migrer, et des budgets non prévus, à moins qu'il y est des moulinettes magiques mais le travail semble colossal.

ça risque de prendre du temps sur le terrain...
0  0 
Avatar de champomy62
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/10/2020 à 21:54
Je pense qu'a terme certaines entreprises migreront soient vers d'autres solutions proprietaires qui fournissent l'installation sur site ou migreront vers du logiciel libre.
0  0